Quantcast
Mercredi 18 septembre 2013 3 18 /09 /Sep /2013 16:42

 

 

Nous sommes mercredi et voici donc, comme chaque semaine, ma contribution au groupe des Premières fois.

Vous vous souvenez qu'avec MHF, Papiluc, lilith, joufflette, Emma, Sandrine Justine et ceux qui passent, nous vous dévoilons chaque semaine une première fois. Venez participer vous aussi ! 

Vous pouvez participer sur vos blogs ou dans les commentaires.

Nous en appelons à votre imagination pour nous proposer des sujets de "premières fois". A votre bon coeur m'ssieurs dames !

Cette semaine Papiluc nous a proposé de parler de nos deuils et de la première fois où nous avons ressenti de la tristesse pour quelqu'un d'étranger qui s'en va.

Ce matin j'ai annoncé au groupe que je ne participerais pas car le deuil est mon actualité cette semaine. Et puis, ne sachant plus quoi faire pour alléger mon chagrin, je me suis dit que j'allais quand même vous parler non pas du premier deuil que j'ai vécu ni celui de la personnalité qui m'a fait de la peine mais de celui que je vis depuis dimanche.

Dimanche Matata est partie. Matata c'était la soeur de mon papa. C'est chez elle que durant des années j'ai passé mes après-midi de vacances.

J'arrivais chez elle, elle me guettait depuis son fauteuil devant la porte fenêtre. Alors que mon fils sautait dans la piscine de tata avant de dévorer ses tartines, moi je m'asseyais en face de son rocking chair et nous bavardions. On parlait bouquins, films, musique, souvenirs de famille. On disait du mal de ceux qu'on aimait pas, on rigolait bien. Ma tata, elle était vive, malicieuse et très râleuse. Elle adorait écouter des airs d'opéra sur son transistor et elle collectionnait les chouettes. Elle jouait au Scrabble et chantait comme un rossignol.

Elle a eu une jolie vie peuplée d'un bon mari, de beaux enfants, petits-enfants et même arrières petits-enfants. A 92 ans, elle a décidé qu'il était temps de lâcher la rampe et de se laisser glisser de l'autre coté. Elle laisse un grand vide même si je sais qu'elle est soulagée que tout soit terminé.

Demain je m'en vais voir mon papa. Avec lui et mon frère, j'accompagnerais mes cousins vendredi disperser les cendres de Matata dans la jolie baie où il y a quelques années, les cendres de tonton ont été répendues.

Elle me manque terriblement. Son rire, sa voix, ses bisous qui claquent. Vendredi je devrais laisser partir tout ça dans l'océan et lui dire une dernière fois combien je l'aime.

 

cote14.jpg

 

 


Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Retour à l'accueil

Suivez moi

Derniers Commentaires

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés